[Défi d’écriture #3] Une série ? Buffy !

Cette semaine, nous passons dans un registre complètement différent puisque nous avons décidé de faire le résumé et la critique de notre série préférée. Pour une sérivore comme moi, impossible de répondre à la question, « Quelle est ta série préférée ? » Des séries, j’en consomme à la pelle, des plus ou moins bien, des excellentes même parfois, mais n’en choisir qu’une …

J’aurais pu parler de Game of ThronesDownton Abbey, Mad Men, Breaking Bad, Parks & Recreation … Mais j’aurais eu l’impression de prendre la voie de la facilité puisque franchement, ces séries-là tout le monde les aime et tout le monde sait bien pourquoi elles nous rendent accro (il y avait bien Doctor Who aussi, une passion commune avec Nadège, mais on n’allait pas non plus se battre pour savoir qui avait le droit à un petit bout du Docteur).

Alors j’ai décidé de parler d’une série qui mérite un peu de réhabilitation : Buffy contre les vampires. Si bien sûr vous n’avez jamais vu cette série (quoi ? comment ?), petit avertissement, des SPOILERS sont éparpillés un peu partout dans ce billet.

Buffy, ça parle de quoi ? (pour ceux qui ont vécu sous une pierre à la fin des 90s)

Buffy est une série créée par le génial Joss Whedon qui voulait changer un peu les classiques du genre de l’horreur. Son idée de base était l’image d’une jeune fille blonde poursuivie par un monstre mais qui, alors qu’on s’attendait à la voir en victime, se retourne contre lui et le tue. Buffy Summers, l’héroïne donc (interprétée par Sarah Michelle Gellar), arrive fraîchement à Sunnydale après quelques déboires dans son ancien lycée. Parce que voilà, Buffy est l’Elue, la Tueuse. A elle la chasse aux vampires et autres monstruosités, ce qui l’a amenée à mettre le feu au gymnase de son ancien lycée infesté de vampires (pour ceux que les « origines » intéresseraient, il faut regarder le film du même nom que la série, tourné avant, très kitsch mais agréable à regarder quand on aime l’univers de Buffy). A Sunnydale, Buffy aimerait bien rentrer dans le rang et oublier son destin de Tueuse. Pas de pot, Sunnydale est construit sur la Bouche de l’Enfer, située juste au-dessous de la bibliothèque du lycée, et le bibliothécaire, Giles, a été envoyé ici tout droit de l’Angleterre pour être son Observateur. Bon gré, mal gré, Buffy va donc se retrouver obligée de combattre vampires et monstres, et de sauver le monde un certain nombre de fois.

Pourquoi Buffy est une série qui mérite d’être appréciée ?

Le problème de Buffy, c’est d’être basée sur du surnaturel. Quand je dis que j’aime Buffy, on me regarde facilement comme une ado attardée (sauf mes amis parfaits qui eux aussi ont des goûts fantastiques <3). Le surnaturel, quand il n’est pas baigné d’horreur, semble en effet facilement perdre de sa crédibilité auprès d’un certain public « adulte ». Buffy a en plus le malheur de parler de vampires, ce qui à notre époque est une tare (merci Twilight). Mais voilà moi j’aime le surnaturel, la science-fiction et tous ces genres impossibles, parce qu’ils sont franchement beaucoup plus nourrissant pour une imagination débordante comme la mienne que des histoires comme Grey’s Anatomy (que je regarde aussi ceci dit, mais pas du tout avec la même excitation).

Buffy est tellement assimilée à une série de notre adolescence qu’on oublie parfois à quel point certains épisodes sont vraiment bien écrits et réalisés (Joss Whedon est fantastique). Pour moi, c’est vraiment LA série de mon adolescence (avec Friends, dans un autre registre). Je me souviens encore du jour où le premier épisode a été diffusé dans la Trilogie du Samedi Soir sur M6. Je devais avoir 14 ans, mes parents n’étaient pas là, et du coup j’avais le droit de regarder le télé (puisque la seule télé était dans leur chambre). Je crois que je suis devenue fan au moment où Buffy demande un livre d’Histoire à Giles, ignorant qu’il est son Observateur, et qu’il lui sort un livre de vampires. Il y a quelques années, après être tombée sur des épisodes rediffusés à la télé, j’ai eu envie de tout revoir, et je me suis fait un marathon Buffy (surtout que je n’avais pas vu certains épisodes – on n’avait pas le replay entre 1998 et 2003), et j’ai redécouvert avec plaisir cette série. Buffy est même un peu devenue ma security blanket, ce que je regarde quand j’ai un coup de mou, quand je suis malade, et que j’ai besoin de quelque chose qui fait du bien.

Mais bref, je m’égare. Buffy reste donc pour beaucoup une série d’ado, nous rappelant cette époque où l’on bavait devant le mystérieux Angel et où on serait bien sorti au Bronze. Alors pourquoi Buffy est une série qui au contraire, mérite encore d’être regardée aujourd’hui ?

L’univers de Buffy tout d’abord est bien particulier, et une série trouve souvent sa force dans la capacité à plonger son spectateur dans un autre monde (surtout quand on a à faire avec du surnaturel !). Les dialogues et les situations peuvent parfois être très drôles, mais on a aussi des moments très émouvants (les morts de Joyce et de Tara par exemple). Pouvoir rire et pleurer selon l’épisode, ça c’est bien. On voit que Buffy est une série bien écrite rien qu’à ses personnages, qui se développent tous et évoluent au fur et à mesure des saisons, ayant chacun ses épisodes particuliers autour de sa vie et ses problèmes plutôt que ceux de l’héroïne principale exclusivement. Le Zéro Pointé (The Zeppo, S03E13) par exemple se concentre autour d’Alex, mis de côté par le reste du Scooby-Gang pour le protéger d’une énième Apocalypse. Et bien sûr, avec sept saisons, on voit tout le groupe passer de l’adolescence à l’âge adulte à travers différentes épreuves.

Si a priori on pourrait penser que le personnage de Buffy notamment répond tout à fait aux clichés habituels, avec une ado pas très sérieuse, plus préoccupée par la couleur de son vernis à ongles et les garçons, on se rend compte que les clichés et les rôles traditionnels sont floutés. Ici, ce sont les femmes qui se retrouvent dans des positions de force et c’est elles qui ont les pouvoirs surnaturels (Buffy est la Tueuse, Willow une sorcière, Anya un (ancien – selon les épisodes) démon) alors que les hommes sont les plus humains, apportant soutien et sensibilité. Giles dans son rôle d’Observateur fait office de guide et même de père, et Alex, présenté au début comme le clown de la bande, s’impose comme un être loyal avec un grand coeur. Ces personnages ne sont pas enfermés dans des personnalités toutes noires ou toutes blanches, et les limites entre le Bien et le Mal se retrouvent malmenées plusieurs fois. Le Pouvoir de la Tueuse se découvre comme quelque chose aux racines très sombres, et Willow dans la douleur d’avoir perdu Tara se transforme en sorcière redoutable prête à détruire le monde (et c’est d’ailleurs dans cet épisode, Toute la peine du monde (Grave, s06E22), que l’on voit bien la force de l’humanité d’Alex qui arrive à la faire redevenir normale avec les bons mots). 

Trêve de sérieux, pas besoin non plus d’analyser en profondeur les personnages de Buffy ou d’aller étudier le symbolisme un peu partout pour apprécier la série. Buffy est une bonne série parce que l’on s’attache facilement à ses personnages principaux et que même si certains méchants sont nuls (Adam pour ne citer lui, qui avec l’Initiative ont complètement gâché la saison 4), beaucoup d’autres sont géniaux. Le Maître, Angelus, Spike et Drusilla, le Trio (et surtout Andrew et Jonathan), les über-vamps de la dernière saison, le Maire, Faith … et il ne s’agit là que des « grands méchants ». Les moments clés se regardent toujours avec plaisir et émotions : quand Buffy doit tuer Angelus redevenu Angel, le moment où toutes les Tueuses Potentielles deviennent de vraies Tueuses, Caleb crevant l’oeil d’Alex, les morts de Buffy (tuée par le Maître dans la saison 1, puis auto-sacrifiée à la fin de la saison 5), sans compter tous les épisodes mineurs qui ne changeant pas forcément les grandes lignes de l’histoire mais non pas moins agréables à regarder.

Enfin, Buffy mériterait encore d’être regardée aujourd’hui parce que les raisons qui faisaient que vous aimiez la série ado sont toujours valable. Angel est toujours beau, et Spike est toujours aussi… Spike, Oz et Willow sont toujours aussi cool et parfaits. Les premières saisons sont aussi fantastiques d’un point de vue costumes, avec une Buffy tellement années 90, et une Willow aux looks complètement improbables (j’aurais bien voulu parler d’ailleurs un peu plus des costumes, mais cela fera l’objet d’un autre billet de blog).

Quels épisodes retenir de Buffy contre les vampires ?

Trois épisodes méritent d’être mis en avant pour leurs formats inhabituels et très réussis. Souvenez-vous de Que le spectacle commence (Once Mrore With Feelings, s06e07), l’épisode comédie musicale dans lequel tout le monde se met à chanter et danser à cause du démon Sweet ? Toutes les chansons sont géniales (enfin, si on aime le style comédie musicale à l’américaine, forcément) et j’aime beaucoup comment la musique arrive à apporter un côté léger à un moment difficile (Giles a décidé de quitter Sunnydale mais ne l’a pas encore annoncé au groupe, tout le monde découvre qu’ils n’ont pas sauvés Buffy de l’Enfer mais tirée du Paradis) (attention, une vidéo à la qualité pourrie va suivre).

A l’opposé, Un Silence de mort (Hush, S04E10) réussit à nous faire passer 40min sans quasiment aucun dialogue, mais ponctué de musique très expressive, puisque les Gentlemen (au passage sûrement la créature la plus terrifiante de la série) ont rendu muet toute la ville pour voler le coeur des habitants.

buffy-gentlemen

Orphelines (The Body, s05E16) est un épisode très fort puisqu’il s’ouvre sur Buffy trouvant sa mère morte d’une rupture d’anévrisme dans leur salon. C’est la première mort « naturelle » auxquelles les personnages doivent faire face, et qui plus est la mort d’un être proche et récurrent dans la série. Dans cet épisode, aucune musique d’ambiance mais un jeu d’effet de caméra et une construction qui accentuent encore plus le côté tragique et étouffant de cet événement.

A côté de ces épisodes un peu particuliers, il y a bien sûr tout ceux que j’aime parce qu’ils me font rire, parce qu’ils me touchent plus, ou pour d’autres raisons. J’adore Buffy contre Dracula (Buffy vs Dracula, S05E01) où l’univers du roman de Bram Stoker se retrouve parfaitement adapté à la vie de Sunnydale (à voir pour les fans de Dracula !). J’aime aussi beaucoup Superstar (Superstar, S04E17) et Sous Influence (Storyteller, S07E16) dans lesquels Jonathan puis Andrew nous montrent leur vision de la réalité (et la vidéo qui suit ne peut QUE convaincre tout le monde que l’imagination d’Andrew est fantastique – encore une fois en qualité pourrie)

Plus tôt dans la série, j’aime aussi beaucoup Meilleurs Voeux de Cordelia (The Wish, S03E09) le premier épisode où l’on voit Anya, alors encore démon, qui accorde un voeu à Cordelia, changeant ainsi tout Sunydale qui se retrouve sans Buffy, avec Alex et Willow en vampires (la Willow Vampire est géniale, et on la retrouve d’ailleurs plus tard dans un autre épisode). Il y en a bien sûr encore plus que j’aime revoir, mais voilà déjà pour ceux qui me passent à l’esprit tout de suite. Bien sûr, chaque final de saison est toujours très bien et je ne me souviens pas avoir été déçue par l’un d’eux, ce qui est capital pour créer une bonne série (et même avec un méchant aussi pourri qu’Adam, les scénaristes ont réussi à faire quelque chose de bien, grâce à un rituel qui fait se réunir les forces de Buffy, Willow, Giles et Alex, suivi par un cauchemar où la Première Tueuse fait son apparition).

Voilà, après ce graaaand texte, je pense que je vais m’arrêter là, et j’espère vous avoir donné envie de vous replonger dans Buffy (et sinon, vous serez peut-être plus intéressé par Doctor Who dont a parlé Nadège pour ce défi).

Ah et quand même un dernier mot : si vous aimez vraiment Buffy, sachez que l’histoire continue en comic books toujours en parution !

2 thoughts on “[Défi d’écriture #3] Une série ? Buffy !

  1. Excellent ! Tu me donnes encore plus envie de la revoir… (moi j’étais pas super fan d’Angel, Spike par contre… alors quand il a débarqué dans Torchwood c’était un peu la folie !)
    Tu spoiles grave mais je te pardonne, c’est motivant :p

    • J’ai trouvé que ce serait difficile sans spoiler, et bon comme beaucoup de gens ont quand même vu la série, les grandes lignes sont souvent connues. Et même si je trouvais Angel beau, j’ai toujours été Team Spike (idem pour Torchwood, j’en pouvais plus).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *